Plexus, oeuvre hybride, à (re)découvrir

Le metteur en scène et fondateur de la Compagnie 111, Aurélien Bory, crée en 2012 son deuxième portrait de femme. Après Questcequetudeviens écrit pour la danseuse de flamenco Stéphanie Fuster en 2008, Aurélien Bory récidive en 2012 et propose Plexus, une oeuvre contemporaine, visuelle et chorégraphique, pensée pour et interprétée par la danseuse et chorégraphe japonaise Kaori Ito.

« Plexus vient du latin basse époque et signifie ‘entrelacement’. Dans sa signification anatomique plus tardive, il prend le sens de ‘réseau de nerfs ou de vaisseaux' », nous apprend le descriptif de la Compagnie 111 qui produit ce spectacle. Plexus est une oeuvre originale, à la croisée de différentes disciplines : danse, théâtre visuel mais aussi marionnette. Grâce à un dispositif scénique complexe fait de milliers de fils en nylon qui évoquent justement le réseau nerveux, la danseuse Kaori Ito évolue, illustrant le dialogue entre monde intérieur et monde extérieur et évoquant les mystères du corps…

Kaori Ito commence la danse classique au Japon où elle continue sa formation jusqu’à l’âge de 16 ans, avant de poursuivre sa carrière à Londres, puis à New-York. Aujourd’hui, elle compte de nombreuses collaborations prestigieuses à son actif : Angelin Preljlocaj (Les Quatre Saisons), Philippe Découflé (Iris) ou encore James Thierrée (Au revoir Parapluie, Tabac Rouge)…

Après avoir rencontré un franc succès mondial, Plexus est de retour en France en 2014 où il se joue au Théâtre des Abbesses, à Paris. Cette saison, après être passé à Chambéry, à Strasbourg, à Orléans et à Saint-Brieuc notamment, Plexus revient en région parisienne pour 4 représentations : les 19 et 20 mai prochain, au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines et les 29 et 30 mai au Centre des Arts d’Enghien-les-Bains. En juin, Plexus se jouera à Toulouse pour quelques dates.

« Poupée mécanique manipulée, elle semble cassée aux articulations, les membres bringuebalant avant de conquérir son espace en se hissant sur des agrès invisibles. »
Marie-Christine Vernay – Libération, le 12 janvier 2014

« ‘Plexus’ est une forêt faite de 5.000 fils de nylon dans laquelle il fait bon se perdre. Elle est habitée par une danseuse rare, Kaori Ito, petit bout de talent d’origine japonaise, révélée chez Philippe Decouflé puis James Thierrée. Il a fallu qu’Aurélien Bory la rencontre pour que naisse ce miracle de poésie graphique qui emballe la France entière. »
Philippe Noisette – Les Echos, le 22 décembre 2014

« Aurélien Bory invente des mondes parallèles stupéfiants, aux pans inclinés et à la perspective inversée. »
Marie Pons – Let’s Motiv, le 1er avril 2015

« Avec ‘Plexus’, portrait en creux de Kaori Ito, Aurélien Bory réalise un bijou de théâtre optique d’une grande beauté qui croise la magie, l’art de la marionnette et le cinéma. »
Rosita Boisseau – Le Monde, le 16 janvier 2014

Plus d’informations sur le site de la Compagnie 111 en cliquant ici.

A noter : Le CDA d’Enghien-les-Bains propose un tarif privilégié « groupe » pour nos adhérents (à partir de 10 personnes) à 8 euros.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s