Notre série d’interviews : d’anciens élèves témoignent. 5/7 : Renaud.

Renaud Roué a passé deux années au Cirque Nomade avant d’intégrer le Centre Régional des Arts du Cirque (CRAC) de Lomme, dans le nord de la France. L’ancien comptable devenu jongleur ne regrette sa « nouvelle vie » pour rien au monde ! (Clin d’œil à sa reconversion ?) son numéro de sortie, intitulé Des pieds et des mains, est son premier solo.  Retour sur son parcours.

Peux-tu nous parler de ton actualité ?

Renaud : Je suis sorti de ma formation à Lomme en juin 2014 avec un numéro dont le titre est Des pieds et des mains, que je propose pour différents galas et événements. Par ailleurs, je suis interprète dans le spectacle Jongle de la compagnie Théâtre Bascule. Il s’agit d’un spectacle jeune public que nous jouons un peu partout en France. Enfin, je suis actuellement en création avec un étudiant de Lomme qui est également jongleur balles. Nous travaillons à l’écriture d’un spectacle en duo.

Comment as-tu découvert le cirque ?
© Tom Lacoste

© Tom Lacoste

Renaud : J’ai d’abord découvert le jonglage à l’âge de 11 ans ; je le pratiquais comme un hobby. Après avoir fréquenté des lieux d’échange autour du jonglage sur Paris ainsi que les conventions de jonglerie, je me suis intéressé à l’histoire de cette pratique et me suis ainsi rapproché du cirque. C’est d’ailleurs au début de mon cursus de professionnalisation que j’ai découvert le cirque et son univers, au Cirque Nomade notamment.

Tu as fait tes premiers pas dans le monde du travail en tant que comptable : se reconvertir en jongleur professionnel, c’est peu commun ! Pourquoi avoir changé de voie ?

Renaud : J’ai d’abord présenté des numéros à l’occasion de scènes ouvertes lors de conventions de jonglerie. Ces expériences au contact du public m’ont donné envie de me professionnaliser. Je suivais des études de comptabilité que j’ai interrompues pour me former en jonglerie. J’ai donc trouvé un travail à mi-temps en tant que comptable pour financer mes cours de danse, de théâtre et certains stages. La réorientation a été pour le moins extrême mais je ne la regrette absolument pas aujourd’hui.

Pourquoi avoir rejoint le Cirque Nomade et sa formation professionnelle ?

Renaud : En 2009, j’ai voulu me préparer à passer les concours d’entrée en école supérieure des arts du cirque. Je me suis renseigné sur les formations possibles sur Paris. Le Cirque Nomade proposait de pratiquer notamment la danse, le théâtre, l’acrobatie, et disposait de locaux que nous pouvions occuper pour pratiquer librement nos spécialités. J’y ai donc débuté ma formation directement en septembre de la même année.

Quels souvenirs marquants gardes-tu de tes années au Cirque Nomade ?

Renaud : D’abord de très belles rencontres ! En effet, plus qu’un univers, j’y ai découvert des formateurs, des artistes, des initiateurs, des étudiants tous motivés à l’idée de se retrouver autour du cirque. Je me souviens également de prestations collectives que nous faisions pour différents événements dans la région. La bonne humeur était toujours au rendez-vous !

© Tom Lacoste

© Tom Lacoste

Quel a été ton cursus par la suite ?

Renaud : En septembre 2011 j’ai intégré la formation artistique de l’Ecole de Lomme. Durant 3 ans j’ai développé mes techniques de jonglage. J’ai également appréhendé la scène de différentes façons : en solo, en duo, au sein d’un collectif, lors d’improvisations, de compositions, de numéros, de spectacles… Le but était d’acquérir une expérience scénique. La fin de troisième année à été consacrée à l’écriture de mon numéro, Des pieds et des mains.

Aujourd’hui, tu vis de ta passion, quels conseils donnerais-tu à nos futurs candidats à la formation professionnelle ?

Renaud : D’abord, de suivre leurs envies et leurs rêves. Cependant, je pense qu’il est important de s’engager dans la formation qui correspond le mieux à ce que l’on est et à ce que l’on veut faire dans les arts du cirque. En effet, il arrive que des étudiants en formation artistique aiment pratiquer et se former mais ne prennent pas tant de plaisir que cela sur scène. Peut-être que pour eux une formation d’initiateur aux arts du cirque ou une pratique amateur assidue serait plus appropriée… Je reste persuadé que l’envie de se produire doit être très forte pour toute personne qui souhaite devenir artiste de cirque.

Des pieds et des mains – Teaser from Renaud Roué on Vimeo.

 ———————————

Pour en savoir plus …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s