Des Rencontres Régionales réussies !

Samedi 9 avril et dimanche 10 avril avaient lieu les Rencontres Régionales organisées par la FREC Île-de-France (Fédération Régionale des écoles de cirque). L’an dernier, c’est l’école Cherche-Trouve, dans le 95, qui accueillait cet événement. La mouture 2016 s’est tenue au Plus Petit Cirque du Monde, l’école de cirque de Bagneux (92) qui bénéficie d’une toute nouvelle structure depuis juin 2015. Retour en images sur ce week-end chargé !

Samedi 9 avril au matin, les participants de 6 écoles de cirque franciliennes posaient leurs bagages au Plus Petit Cirque du Monde (ou PPCM) le temps d’un week-end. Au programme de l’après-midi de cette première journée : des ateliers de cirque autour de diverses disciplines animés par les intervenants des différentes écoles présentes. Au fil de l’après-midi se déroulaient en parallèle les répétitions des numéros des participants aux spectacles du soir.
A 17h, le plateau des sélections régionales s’ouvrait. Sous le chapiteau du PPCM, des numéros de monocycle, d’acrobatie, de portés, de mât chinois, de tissu aérien, de cerceau aérien, de trapèze et de corde se sont succédé. Les participants ont tous excellé, rendant le choix du jury difficile ! Le numéro sélectionné représentera la région Île-de-France au prochain festival du cirque actuel, Circa à Auch, en octobre 2016 !

Quelques photos du plateau des sélections régionales :

A 20h30, après un repas partagé tous ensemble : élèves, encadrants et bénévoles, place à la piste ouverte : au menu, des numéros (hors sélection) proposés par les adhérents des 6 écoles présentes.

Le dimanche 10 avril, les élèves ont pu poursuivre leur week-end autour du cirque grâce à des « jeux du cirque ». De leur côté, les « grands », membres du conseil administratif de la FREC Île-de-France ont élu leur nouveau président, ou plutôt leur nouvelle présidente : Mathilde Hueber-Dumolard, l’une des co-directrices de l’école Cherche-Trouve ! Son prédécesseur, Daniel Forget, également fondateur du PPCM, en est désormais le Vice-Président.
L’après-midi, et pour conclure en beauté ce week-end de cirque, les enfants ont pu applaudir une petite forme de la compagnie Linotte (théâtre, musique et cirque) suivi d’une rencontre.

« La convivialité, l’auto-organisation des jeunes, l’enthousiasme de toutes et tous, la bonne humeur, la qualité des ateliers, l’efficacité et la disponibilité des bénévoles et des salariés, des spectacles et du jury ont donné la patate aux organisateurs (FREC et PPCM) pour renouveler pour la troisième fois l’année prochaine, en 2017 cette expérience dans un lieu de la FREC IDF. », s’est enthousiasmé Daniel Forget, fondateur du PPCM, à l’issue de ces deux jours de rencontres.

Rendez-vous donc en 2017 pour une nouvelle édition encore plus réjouissante !

P1020747-1

Photo de famille 

Plus d’informations :

La compagnie Ap’nez paie sa tournée à Antony !!

Compagnie de clown et de cirque née en 2008, Ap’nez, implantée dans le Limousin, sillonne la France avec son joli chapiteau rouge à pois blancs. Parmi ses partenaires : l’espace cirque d’Antony (92) où la compagnie présentera son tout dernier spectacle C’est ma tournée ! Rendez-vous les 14 et 15 avril prochain pour découvrir la dernière création de cette compagnie amie du Cirque Nomade.

cie apnezConvivialité et rencontres sont deux notions chères à la compagnie Ap’nez qui met en scène, dans sa huitième création intitulée C’est ma tournée ! , un bar atypique et atemporel, où trois personnages se croisent et évoluent dans ce lieu au fil des saisons.

La compagnie Ap’nez accueillera le public d’Antony sous son chapiteau-café pour lui faire partager les émotions recueillies au gré de ses rencontres ici et ailleurs dans les lieux qui ont nourri ce spectacle : pubs irlandais, bistrots français, cafés italiens et consorts.

« Accueillis par les quatre artistes féminines de la troupe, vous voici conduits dans un bar atypique dans lequel le public sera généreusement invité à une errance poétique et circassienne. Au son de l’accordéon, des chansons aux textes espiègles ou graves et lucides accompagnent les différentes acrobaties qui s’enchaînent, ponctuées par des vidéos-documentaires pour une ode aux cafés d’antan: ce qu’ils étaient, ce qu’ils sont devenus. Vous voilà embarqués, happés et replongés dans la nostalgie et l’authenticité de ces lieux de sociabilité. »

Venez découvrir ce « spectacle de cirque social » ou « documentaire-spectacle » en famille les 14 et 15 avril prochain à l’espace cirque d’Antony. A consommer sans modération.

Infos pratiques :
Jeudi 14 et vendredi 15 avril à 19h30 (durée : 1h15)
Tarifs : 7 € (moins de 10 ans) ou 12 €
Réservation auprès de la compagnie : 06 79 00 65 79

Patinoire : spectacle éclectique et personnage survolté

Dans le cadre de la tournée 2016 de son spectacle solo Patinoire, l’artiste québécois Patrick Léonard, l’un des co-fondateurs de la compagnie de cirque Les 7 Doigts de la Main, était en représentation au Carré Bellefeuille, à Boulogne-Billancourt, mardi 22 mars.

AFFICHE_PATINOIRE_)Champion canadien de patins à roulettes, circassien chevronné formé à l’Ecole Nationale de Cirque de Montréal, passé par le cirque Knie (Suisse) et ancien membre du Cirque du Soleil, Patrick Léonard a plus d’une corde à son arc et a pu en faire la démonstration hier, lors de son spectacle d’une heure vingt interprété sur la scène du Carré Bellefeuille. Reconnu pour ses performances comiques en solo – Patrick Léonard a notamment reçu le Prix Nikouline au Festival Mondial du Cirque de Demain, à Paris – l’artiste s’affranchit des limites d’un genre, le cirque en l’occurrence, pour conjuguer humour et performances multiples (équilibres, cascades, tours) et faire appel à diverses influences, qu’elles soient musicales, circassiennes ou encore théâtrales.

Patinoire confine, en ce sens, davantage au one-man show (à l’américaine) qu’au solo de cirque à proprement parler. Personnage clownesque et attachant, bavard et drôle dans son franglais au fort accent québécois, Patrick Léonard s’encourage (« allez Patoche, tu peux le faire ! ») dans ses performances risquées qui met le public en tension tout en l’amusant beaucoup. En effet, lorsque le trublion se décide à escalader une tour à l’équilibre fragile faite d’un empilement d’enceintes, la tension est palpable dans l’assemblée. Si les acrobaties et les équilibres sont fragiles, la performance, elle, est solide. Patrick Léonard règne en maître sur la scène qu’il transforme bien vite en un petit cabinet de curiosités via un décor composé de bric et de broc…

Le public, complice, en redemande. Nous n’avons donc pas boudé notre plaisir lorsqu’une rencontre en bord de scène nous a été proposée après le spectacle. Naturel et sincère, Patrick Léonard s’est prêté avec bienveillance au jeu des questions-réponses. Ce moment d’échange fut l’occasion d’en apprendre plus sur son parcours et sur la création de ce spectacle, né d’une envie, de souvenirs et d’objets amassés au fil des années et d’un besoin profond de reconnaissance. Une reconnaissance sincère, propre à l’artiste qui donne tout sur scène. Patinoire est en cela un clin œil à ce qu’il est prêt à montrer sur scène, en se dépatouillant de situations rocambolesques, empêtré volontairement et pour le plaisir du public dans sa propre mise en scène. S’il « patine » – ou « rame » diront les Français – métaphoriquement, Patrick Léonard maîtrise néanmoins son sujet et la magie du spectacle a pu se prolonger au-delà grâce à cette rencontre exceptionnelle. Drôle et attachant sur scène, il l’est aussi en dehors et a su nous le montrer. Comédien, circassien, metteur en scène et comique, Patrick Léonard n’en demeure pas moins un homme en quête de partage et ce, pour notre plus grand plaisir.

Merci à lui, à la compagnie Les 7 Doigts de la Main et au Carré Bellefeuille pour cette superbe soirée !

—-

Plus d’infos :

« Etoiles » : une expo pour un duo au firmament

Elephant Paname, centre d’arts et de danse, situé à deux pas de l’Opéra Garnier, s’est vite positionné comme un lieu incontournable des passionnés de la danse dans la capitale. Elephant Paname propose des cours de danse, met à disposition des studios pour les résidences d’artistes mais est également un lieu de rencontres, d’échanges et d’expositions. Depuis le 29 janvier et jusqu’au 29 mai prochain, le lieu met à l’honneur le couple de danseurs étoiles Nicolas Le Riche et Clairemarie Osta dans une exposition qui leur est consacrée.

Nicolas Le Riche et Clairemarie Osta sont tous deux des grands danseurs et figures emblématiques du Ballet National de l’Opéra de Paris. Ces jeunes « retraités » de cette institution française sont les stars de l’exposition que leur dédie Elephant Paname depuis le 29 janvier. Couple à la scène comme à la ville, ces deux danseurs étoiles de renommée internationale continuent à nous émerveiller.

Exposition-ETOILES-Nicolas-Le-Riche-dans-Le-jeune-homme-et-la-mort-de-Roland-Petit-copyright-Jacques-Moatti-753x1024

Nicolas Le Riche dans Le Jeune homme et la Mort – copyright : Jacques Moatti

Nicolas Le Riche entre à l’école de danse de l’Opéra de Paris à l’âge de 10 ans et y fera par la suite une brillante carrière. Intégré au corps de ballet à 16 ans, il est nommé étoile par Patrick Dupont en 1993 à seulement 21 ans. Après avoir atteint l’âge fatidique de la retraite à l’Opéra de Paris, le danseur alors âgé de 42 ans y fait ses adieux le 9 juillet 2014. S’ensuit une tournée d’adieu, baptisée Itinérances, que nous avions eu la chance de voir à Boulogne-Billancourt, au Carré Bellefeuille, la saison dernière…
Clairemarie Osta intègre quant à elle le corps de ballet de l’Opéra national de Paris en 1988 à l’âge de 18 ans après une formation au Conservatoire supérieur de musique et de danse de Paris suivie d’un an de formation à l’école de danse de l’Opéra de Paris. Promue étoile en 2002, elle fait ses adieux à l’Opéra de Paris 10 ans plus tard, le 13 mai 2012, à l’occasion de la dernière représentation de L’Histoire de Manon de la saison 2011/2012 de l’Opéra Garnier.

L’exposition « Etoiles » se penche sur ce couple inspirant et nous plonge au cœur de la vie de ces deux artistes grâce à des photos, des vidéos, des costumes, des accessoires, des objets personnels, mais aussi à travers des spectacles… « Etoiles » nous fait découvrir ou redécouvrir la carrière impressionnante de ce duo. Elephant Paname organise également des rendez-vous exceptionnels autour de cette exposition, dont 4 sont au programme en avril et en mai prochain.

Retrouvez toutes les informations sur l’exposition sur le site d’Elephant Paname, en cliquant ici.

Infos pratiques : 9 € tarif plein, 7 € tarif réduit, gratuit pour les moins de 10 ans

 

(Des)illusions au Théâtre Le Monfort à Paris

Le Montfort, théâtre parisien (15 e arrondissement) confirme cette saison encore sa volonté de faire découvrir des talents de la scène actuelle dans quatre arts qu’elle met au menu de sa programmation 2016 : théâtre, danse, musique et cirque.
L’établissement parisien propose de nouveau cette année son festival « (Des)illusions » non seulement dédié à ces quatre disciplines mais aussi voué à créer des passerelles entre elles.

Dès aujourd’hui, jeudi 10 mars 2016 et jusqu’au 3 avril prochain, au théâtre Le Montfort, les spectateurs pourront découvrir une programmation riche. Fort du succès de la précédente édition, le Montfort propose cette saison quatre semaines de spectacles et d’émotions !

Visuel-Montfort_noos

« Noos » © Clément Cebe

Parmi les spectacles à découvrir, côté cirque, l’artiste Mathurin Bolze propose un duo avec Karim Mesaoudi dans Fenêtres. Le duo formé par la voltigeuse Justine Berthillot et le porteur Frederi Vernier continue son bonhomme de chemin et présente Noos qui étudie la relation qui nous lie à l’autre à travers de nombreuses prouesses et beaucoup d’émotions. Quant au spectacle TU, il met en scène Olivier Meyrou avec Matias Pilet dans un spectacle intimiste qui interroge sur les origines d’un mouvement acrobatique…

Côté danse, la Japonaise Kaori Ito propose un duo incongru avec Olivier Martin-Salvan dans un spectacle au nom tout aussi original : Religieuse à la Fraise. Le spectacle Questcequetudeviens d’Aurélien Bory met quant à lui le flamenco à l’honneur au sein de ce festival inter-disciplinaire.

Plus d’informations (et réservations) sur le site du théâtre Le Montfort, en cliquant ici.