Une semaine de stage avec l’IME Croix-Rouge de Boulogne

Le Cirque Nomade, depuis 25 ans, transmet sa passion et les valeurs du cirque. Dans nos murs, nous accueillons des élèves dès l’âge de 3 ans. Mais hors nos murs, nous développons également de plus en plus de projets. Les écoles nous sollicitent davantage chaque année, mais également les établissements spécialisés.

Cette année, nous avons ainsi mis en place un partenariat avec l’IME Solfège de Boulogne-Billancourt pour accueillir de jeunes autistes chaque vendredi et leur proposer des séances ludiques, constructives et évolutives en compagnie de notre animatrice Laetitia, de leurs encadrantes et de leur psychomotricienne.

Désireux de développer un pôle « cirque & handicap » à part entière à l’avenir, le Cirque Nomade est de plus en présent auprès des établissements accueillant un public handicapé ou en difficulté psychologique, sociale ou scolaire.

2015-10-19 10.13.46

Outre des partenariats qui se développent sur toute une saison, pour permettre des projets suivis, nous accueillons aussi des enfants de structures telles les IME, IMP, SESSAD ou IMPRO pour des stages ou des ateliers de cirque plus ponctuels. C’est ce que nous avons fait à l’occasion de la première semaine des vacances scolaires de la Toussaint. Du lundi 19 octobre au vendredi 23 octobre inclus, sur 5 matinées, une vingtaine d’enfants de l’IME Croix-Rouge de Boulogne-Billancourt a ainsi suivi deux heures quotidiennes d’ateliers de cirque animés par notre intervenante Hannah.

Lundi 19 et mardi 20 octobre, 9 enfants de l’IME Croix-Rouge de Boulogne, âgés de 6 à 9 ans ont pu découvrir, de manière encadrée mais ludique, les différentes disciplines du cirque. De même, les mercredi 21, jeudi 22 et vendredi 23 octobre, c’est une dizaine d’enfants de 10 à 13 ans de ce même IME qui a pu s’adonner aux joies des arts de la piste.

2015-10-23 11.20.52

Au programme : initiation au jonglage, découverte de l’équilibre sur le fil et la boule, figures acrobatiques simples, trampoline et même, pour finir en beauté, des sensations dans les airs, avec l’initiation au trapèze !

Les enfants et leurs encadrantes semblaient ravis de ces quelques jours passés au Cirque Nomade qui ont permis aux enfants de se voir et de se découvrir autrement, tous ensemble. De notre côté, nous espérons les retrouver sur de nouveaux ateliers très prochainement !

2015-10-19 10.14.21 rognée

C’est bientôt nos stages de Toussaint !

C’est reparti pour nos stages ! Comme chaque saison, le Cirque Nomade propose des stages de cirque pour les enfants pendant les vacances scolaires.

Premier rendez-vous à noter dans vos agendas : nos stages de Toussaint, la semaine du 26 au 30 octobre prochain. Les artistes en herbe pourront s’adonner aux joies des arts de la piste, encadrés par nos super intervenants cirque ! Au menu : découverte de la jonglerie, du trapèze, du tissu aérien, de l’équilibre sur objets (fil de fer, boule), mais aussi jeux clownesques et pyramides humaines !

Toussaint - 2015 site Toussaint - 2015-verso sitePour les apprentis circassiens de 3 à 5 ans, stage du 26 au 30 octobre, tous les matins de 9h30 à 12h30. L’après midi, place aux « grands » de 6 à 12 ans pour 3h de découverte ludique, de 14h à 17h.

Il reste encore des places, alors à vos clics ! Inscriptions en ligne sur notre site Internet : cliquez ici pour accéder directement au formulaire d’inscription.

A bientôt !

La rentrée approche !

Toute l’équipe de Cirque Nomade se prépare à vous accueillir la semaine prochaine pour la reprise de nos activités !

Carton plein dimanche 6 septembre à l’occasion du Forum des Activités de la Ville de Boulogne-Billancourt. Quelques-uns de nos jeunes adhérents, de 8 à 16 ans, sont montés sur le podium pour faire une démonstration de leurs talents, devant une foule séduite. Avant eux, les ados et adultes d’Elanse, notre section danse, ont animé la pause déjeuner grâce à un flashmob très funky ! Plébiscités, ils ont dansé à quatre reprises et ont clôturé la journée avec la complicité de quelques spectateurs qui se sont prêtés au jeu, en témoigne notre vidéo !

La quasi-totalité de nos cours affichent complets et nous ouvrons des listes d’attente : rendez-vous sur notre site Internet pour vous inscrire sur ces listes.

Les cours reprennent la semaine prochaine, semaine du 14 septembre. A très bientôt !

Notre série d’interviews : d’anciens élèves témoignent. 1/7 : Jean-Baptiste

Le printemps est là, la fin de la saison scolaire et des activités approche et l’été se profile avec, pour certains, la question fatidique : quelle voie choisir pour la rentrée ? Les passionnés de cirque et d’art vivant parmi vous s’orientent peut-être vers une formation en sport-études, version cirque, vers une formation préparatoire ou bien tentent les concours d’entrée aux écoles de cirque…

A l’approche de cette fin de saison, nous vous proposons de découvrir, sur notre blog, une série d’interviews d’anciens élèves devenus des artistes de cirque professionnels. Vous pouvez en retrouver certains sur notre vidéo de présentation de la formation professionnelle : « ce que les anciens en disent… ». Jongleurs, acrobates ou artistes aériens, ils témoignent de leur parcours.

Nous commençons cette série avec Jean-Baptiste Diot, ancien élève de nos cours loisirs puis de notre formation professionnelle. A bientôt 26 ans, ce jongleur polyvalent fraîchement diplômé de l’Académie Fratellini, travaille aujourd’hui avec une compagnie professionnelle, a créé un spectacle jeune public, intitulé Aller Simple, avec un des anciens apprentis de sa promo et joue également deux numéros en solo. Il revient sur la naissance d’une vocation et sur ses premiers pas dans l’univers du cirque …

Peux-tu nous parler de ton actualité, De tes projets en cours et/ou à venir ?

© Dimitri Foucault Photography

Jean-Baptiste : Actuellement, je travaille avec la compagnie de jonglerie « Les Objets Volants » basée à Reims. J’y joue un solo d’une heure intitulé « Zone 51 » et nous avons également deux créations en cours pour les prochaines années. Je joue aussi deux numéros de jonglerie en solo de manière occasionnelle dans le cadre d’événementiels ou pour des soirées cabaret. Je continue, en parallèle, à chercher de nouvelles pistes dans ce qui me passionne, à savoir l’interprétation musicale et chorégraphique de la jonglerie.
                                                                                                                                                                                                                                                                   

Comment as-tu découvert le cirque ?

Jean-Baptiste : Par la jonglerie ! En réalité, j’ai appris à jongler, ma mère a trouvé que cela valait le coup de me pousser dans ce domaine, alors elle m’a inscrit à l’Ecole des arts de la Piste, le Cirque Nomade.

Pourquoi le jonglage, en l’occurrence ?

Jean-Baptiste : Parce que le jonglage, c’est cool !!! Plus sérieusement, je suis convaincu de ne pas avoir choisi le jonglage, cette discipline s’est imposée toute seule. J’ai essayé, j’ai accroché et j’ai continué. C’est une discipline assez addictive, on peut le dire ! J’aime l’aspect « infini » que présente le jonglage. On peut l’utiliser de tellement de manières différentes ! Je crois que l’abstraction liée à cette discipline stimule plus mon imaginaire que n’importe quelle autre spécialité circassienne.

Quelle est ton histoire avec le Cirque Nomade ?

Jean-Baptiste : Je n’étais pas un garçon très passionné ni très sportif ou doté de « prédispositions artistiques », alors mes parents ont décidé de m’initier à toute sorte d’activités dans l’espoir de trouver un jour celle qui me plairait vraiment. J’abandonnais tout très vite, puis un jour je me suis enfermé dans ma chambre tout un après-midi et j’ai trouvé dans un livre un tutoriel de jonglerie. Quatre heures plus tard, je sortais de ma chambre en sachant jongler à trois balles. Ma mère a insisté pour que je m’inscrive dans une école de cirque mais j’étais difficile à convaincre ! Elle voulait tellement m’y encourager qu’elle y est allée au bluff : pour me persuader, elle a rempli un faux dossier d’inscription en disant qu’elle s’inscrivait elle aussi mais en spécialité clown ! Alors, j’ai dit oui et j’ai rejoint le Cirque Nomade. Cette inscription a donné lieu à une réaction en chaîne: d’abord, je prenais un cours par semaine, puis deux, jusqu’au jour où j’ai vraiment compris que le jonglage, c’était ça, « mon truc »…

A quel moment as-tu envisagé de faire de ta passion un métier ?

Jean-Baptiste : Vers mes 15-16 ans, je pense… Cela n’a pas été un déclic mais ça s’est confirmé de plus en plus d’année en année. Je me suis simplement demandé ce qui me rendrait heureux, ce pour quoi je me lèverais le matin…

Qu’est-ce qui t’a décidé à rejoindre la formation professionnelle du Cirque Nomade ?

Jean-Baptiste : Lorsque je suis arrivé en 4ème j’étais en difficulté scolaire et ma mère a eu la bonne idée de me placer en horaire aménagé cirque. Nous nous sommes rapprochés du Cirque Nomade pour leur demander de me prendre tous les après-midi. Gaël Massot, le directeur, a tout de suite accepté et, en parallèle, est née la volonté de développer une vraie formation professionnelle dont j’ai fait partie.

Quels souvenirs en gardes-tu ?

© Dimitri Foucault Photography

Jean-Baptiste : C’était une formation complète. L’avantage que nous avions était que les cours étaient dispensés par des artistes professionnels en activité. Donc, non seulement l’apport pédagogique était de qualité, mais l’échange avec ces personnes nous a donné un vrai aperçu de ce qu’est le métier d’artiste de cirque, et je pense que cela a été un vrai plus pour toutes les personnes qui ont suivi cette formation. Et, en plus de cela, nous évoluions dans une bonne ambiance et au cœur d’un esprit associatif.                                                                                

Quel a été ton parcours une fois sorti de la formation pro du Cirque Nomade ?

Jean-Baptiste : Une fois sorti de la formation et avec mon bac en poche, je suis allé deux ans au studio de création Italo Medini à Fontenay-sous-Bois, pour approfondir mes connaissances en jonglerie. J’ai créé un numéro avec lequel j’ai tourné un an avant de m’apercevoir que je voulais et devais encore apprendre;  j’ai alors décidé de tenter les concours d’écoles supérieures de cirque. Au terme de ces auditions, j’ai intégré l’Académie Fratellini à Saint-Denis dont je suis sorti diplômé l’année dernière après trois années d’apprentissage.

Un conseil pour nos futurs candidats à la formation pro ?

Jean-Baptiste : Socrate disait : « Tout ce que je sais c’est que je ne sais rien ». Profiter d’un apprentissage c’est en somme accepter de venir en ne sachant rien. Et cela quel que soit son niveau au départ. On en ressort toujours plus nourri. Soyez rigoureux, sensibles et ouverts… Le cirque, c’est de l’art, mais qui requiert néanmoins d’être un athlète de haut niveau. Soyez donc prêts à avoir mal au corps et à la tête ! Mais, aussi masochiste que cela puisse paraître, le bonheur que j’en ai retiré n’a eu, pour ma part, aucun égal …

Jean-baptiste Diot – ball juggling act from Jean-Baptiste Diot on Vimeo.

——————————

Pour en savoir plus...

Atelier découverte avec le SESSAD de Boulogne (92) !

Le Cirque Nomade, c’est : des cours de cirque à l’année, des stages de découverte ou de perfectionnement mais aussi des prestations « extérieures » à la structure afin de faire découvrir le cirque via des ateliers ponctuels ou un programme d’ateliers réguliers, en partenariat avec des écoles, des centres de loisirs mais également des établissements spécialisés.

Ce jeudi 19 février matin, 3 enfants du SESSAD (Service d’Education et de Soins Spécialisés à Domicile) de Boulogne-Billancourt – géré par la Croix-Rouge – ont ainsi pu découvrir le cirque dans des conditions de rêve : un grand espace spécialement aménagé et notre animatrice, Céline, rien que pour eux ! Les SESSAD ont pour enjeu l’accompagnement d’enfants et de jeunes adultes (jusqu’à 20 ans) porteurs d’une déficience mentale, atteints d’autisme ou de troubles apparentés, ou polyhandicapés.

La Croix-Rouge de Boulogne rappelle ainsi sur son site :

« L’objectif du SESSAD est de maintenir l’enfant en milieu scolaire et de rétablir un lien rompu, en menant un travail en commun, toujours basé sur la singularité de chaque enfant. La mission du SESSAD est triple : éducative, thérapeutique (psychomotricité, orthophonie, psychothérapie) et pédagogique. Un projet personnalisé pour chaque enfant est défini et permet une centralisation des soins autour de l’enfant, avec un accompagnement pluridisciplinaire cohérent. »

IMG-20150219-00479[1]Organisée par le SESSAD de Boulogne-Billancourt, qui a choisi notre association pour cet atelier de découverte, cette séance de cirque matinale d’une heure et demie a permis à ces enfants de découvrir les arts du cirque de manière ludique et privilégiée. Le cirque, au-delà de se reposer sur un travail physique et artistique, permet de favoriser le développement personnel, mais aussi l’entraide, la solidarité et le partage. Au programme de ce jeudi matin : travail de la coordination et de la motricité, découverte du travail d’équilibre sur objet (rolla-bolla), initiation à des figures acrobatiques simples (roulades avant et arrière, roue) et surtout beaucoup de bonne humeur !