Au Carré Bellefeuille avec Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault

Hier, mardi 19 janvier à 20h30, le rideau de la grande salle du Carré Bellefeuille, à Boulogne-Billancourt, se levait sur Être ou Paraître, récente création du Théâtre du Corps Pietragalla-Derouault. A la fin du spectacle, les spectateurs étaient invités à une rencontre avec les chorégraphes et fondateurs de la compagnie : Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault. Nous y étions.

etre ou paraitrePendant plus d’une heure, Julien Derouault, danseur émérite, également comédien, incarne, seul sur scène, les textes puissants d’Aragon, mais aussi de Shakespeare dans l’une des dernières créations de sa compagnie : Être ou Paraître. L’œuvre est hybride : théâtre (de mots et de gestes), poésie et chorégraphies aux accents contemporains et urbains coexistent, se répondent (souvent) et s’entremêlent. Marie-Claude Pietragalla, partenaire dans le travail et dans la vie de Julien Derouault, signe la mise en scène – volontairement dépouillée – de ce spectacle solo d’1h10. Elle co-signe également la chorégraphie.

IMG_2180Après le spectacle, nous avons eu la chance de rencontrer les deux danseurs et fondateurs du Théâtre du Corps Pietragalla-Derouault. Yannaël Quenel, au piano et à la création musicale, a rejoint également la table ronde informelle menée par Chantal de Charmoy, directrice adjointe et chargée de la programmation du Carré Bellefeuille. C’est elle qui, lors du dernier festival d’Avignon, séduite par le spectacle, a souhaité le programmer à Boulogne cette saison.

IMG_2184En toute humilité, mais avec beaucoup de passion, Pietragalla et Derouault nous ont raconté brièvement la genèse de cette création si particulière, mais aussi la démarche artistique de leur compagnie – créée conjointement en 2004 –  et notamment la place du théâtre et des textes dans leur travail… Un éclairage sur certains passages du spectacle, sur la création musicale et la résonance du texte sur la danse (et inversement) a permis aux spectateurs de s’imprégner, à chaud après la performance, de la démarche chorégraphique et intellectuelle des chorégraphes et du danseur qui se révèle tout autant comédien. Les spectateurs étaient ainsi invités à poser leurs questions. Et c’est avec des traits d’humour et beaucoup de disponibilité que Julien Derouault, comédien et danseur soliste de cette œuvre, s’est confié sur la rudesse du travail fourni pour parvenir à s’approprier autant la poésie des textes que leur interprétation dans le mouvement. Aragon était un « choix immédiat », et c’est avec l’admiration d’un homme simple pour un grand auteur qu’il nous a parlé de la puissance des mots, de l’importance du rythme et du caractère infini du travail à fournir dans l’interprétation de son œuvre.

Unanimement bluffés par la performance d’un danseur-comédien jamais essoufflé sur scène, les spectateurs ont pu partager un moment privilégié auprès de ce couple de danseurs célèbre, venus échanger pendant près d’une heure autour de ce spectacle atypique. Pietragalla et Derouault ont également posé le temps de quelques photos, immortalisant une soirée placée sous le signe de l’art, de la culture et du spectacle vivant à Boulogne-Billancourt.

IMG_2182
—-

Plus d’informations :

  • Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault sont à l’affiche de leur tout nouveau spectacle, Je t’ai rencontré par hasard. Chorégraphes, scénographes et interprètes de cette création qui interroge le couple, ils ont de nouveau collaboré avec Yannaël Quenel à la création musicale. A découvrir aux Folies Bergères à Paris, du 9 au 21 février 2016.
  • Plus d’informations sur le Théâtre du Corps Pietragalla-Derouault sur le site :  www.pietragallacompagnie.com

Beau succès pour nos Portes Ouvertes !

Après des vacances de Noël bien remplies, la semaine du 4 janvier a marqué la reprise de nos cours de cirque hebdomadaires. Et pour bien commencer l’année, place aux premières Portes Ouvertes de la saison !

La semaine dernière, du lundi au samedi, nos cours de cirque étaient ouverts aux parents et proches de nos adhérents ; l’occasion pour les enfants de montrer ce qu’ils ont appris depuis septembre et pour les professeurs d’expliquer leur démarche pédagogique aux parents.

Certains d’entre eux se sont d’ailleurs pris au jeu, dans des ateliers parents-enfants organisés pour l’occasion. Ces Portes Ouvertes ont remporté un franc succès et les parents, les enfants et les professeurs ont apprécié ces moments partagés tous ensemble… Le Cirque Nomade proposera donc une deuxième session Portes Ouvertes au printemps, avant que la saison ne se termine par nos spectacles annuels.

Pour terminer cette semaine conviviale en beauté et accueillir tous ensemble la nouvelle année, notre pot associatif se tenait samedi 9 janvier en soirée. Cette année, professeurs, enfants, parents, adhérents adultes et membres de notre section danse avaient fait le déplacement en nombre. Quelques élèves des cours de cirque adultes se sont même portés volontaires pour nous présenter un numéro de passing.

IMG_2168

A très vite pour de nouvelles aventures !

L’Office du Tourisme de Boulogne parle du Cirque Nomade !

En cette semaine du 14 décembre 2015, l’Office du Tourisme de Boulogne-Billancourt met notre école à l’honneur. Nous remercions l’équipe de l’OTBB pour cet interview en 4 questions de Gaël Massot, fondateur et directeur pédagogique du Cirque Nomade. Egalement fondateur et directeur artistique de la compagnie Maboul Troubadour, il est à l’affiche du spectacle jeune public Le Sortilège de Baltazar qui se jouera à Boulogne les 22, 23 et 24 décembre prochain.

(pour lire l’article directement sur le site, cliquez ici)

4 Questions à Gaël Massot – Cirque Nomade

Découvrez l’interview de Gaël Massot, directeur pédagogique du Cirque Nomade et directeur artistique de la compagnie Maboul Troubadour.

4Q - Cirque Nomade - LogoPouvez-vous nous parler des activités du Cirque Nomade ?

Le Cirque Nomade a plusieurs pôles d’activités. Le plus conséquent est la partie école de cirque loisirs qui propose des cours hebdomadaires aux amateurs dès 3 ans. Quel que soit le niveau et les capacités, nos cours sont ouverts à tous ; nous envisageons les arts du cirque comme un vecteur de bien-être et un moyen de faire se rencontrer des personnes de milieux différents.

Outre nos cours, nous proposons des stages de cirque pendant les vacances scolaires. Depuis 2009, une section danse, amateur elle aussi, est venue s’ajouter à notre panel d’activités. Hors ses murs, le Cirque Nomade intervient dans des écoles, des centres de loisirs, des IME (Institut Médico-Éducatif)… pour proposer des ateliers de découverte des arts du cirque adaptés à chaque projet.

Nous détenons également notre propre compagnie professionnelle, Maboul Troubadour, qui compte à son actif un certain nombre de spectacles pour la scène, la rue ou encore des événements prestigieux…

D’où vous est venue l’idée de la création du Cirque Nomade ?

Le Cirque Nomade est né il y a 25 ans, sous le nom d’École des Arts du Cirque et du Spectacle. 
A l’origine, il s’agissait de réaliser un vieux rêve qui m’était très cher. J’ai grandi à Boulogne-Billancourt au sein de « l’habitat communautaire du 14 rue de Sèvres », où des Boulonnais s’unirent pour répondre aux besoins en logement de l’époque, mais pas uniquement : la place laissée aux associations de jeunesse, de sport et de culture était primordiale.

25 ans après, l’association est toujours là et s’est très bien développée puisqu’elle compte près de 500 adhérents aujourd’hui. J’y suis directeur pédagogique mais également directeur artistique de la compagnie Maboul Troubadour. Le Cirque Nomade compte aujourd’hui une douzaine de salariés, majoritairement professeurs de cirque, ainsi que 2 salariés à temps plein au bureau qui gèrent la coordination des cours, les inscriptions, la communication interne et externe de l’association, les projets que nous développons à l’extérieur de la structure, l’administration, etc.

Quels sont les projets du Cirque Nomade pour 2016 ?

4Q - Cirque Nomade 1

En 2016, nous clôturerons la saison par nos spectacles amateurs de cirque, comme chaque année, et de danse (tous les deux ans). Nous espérons également fêter dignement les 25 ans de notre association début 2016 !

Nous fourmillons aussi d’idées avec notre « petite troupe » : l’an passé, j’ai relancé ce projet qui me tient à cœur, à savoir accompagner nos élèves les plus avancés et motivés dans leur envie de s’investir en dehors des cours, en développant leur potentiel artistique et en se représentant à l’occasion d’événements artistiques et/ou caritatifs notamment, mais aussi en allant voir des spectacles de cirque de haut niveau avec nous, et avec, parfois en prime, la chance de rencontrer les artistes !

Ainsi, nous avons participé au Téléthon à Boulogne-Billancourt avec notre « petite troupe » le 5 décembre dernier, et elle aura l’occasion de se représenter sur scène pour la première partie du dernier spectacle de notre compagnie, Le Sortilège de Baltazar que nous jouerons à l’auditorium de l’Espace Landowski les 22, 23 et 24 décembre 2015. Par ailleurs, ce spectacle, sorti de résidence cet été, se destine à une tournée nationale.

La compagnie artistique fait partie intégrante de l’ADN du Cirque Nomade et nous comptons vraiment développer sa notoriété au même titre que celle de l’école loisir, qui est déjà bien connue des Boulonnais.

D’un point de vue plus personnel, quels sont vos lieux et événements boulonnais préférés ?

4Q - Cirque Nomade 2

© Coralie Daudin

Mes coups de cœur vont à deux lieux de culture essentiels à notre ville. Tout d’abord, le Carré Belle-Feuille, superbe salle de spectacles, avec une programmation toujours variée et parfois même audacieuse ! Nous avons la chance de travailler souvent avec eux et l’équipe est toujours disponible et efficace. Ensuite, le cinéma d’art et d’essai Landowski, un lieu chaleureux à taille humaine qui propose des films internationaux souvent peu relayés dans les grandes salles. 

  Interview réalisée le 09/12/2015

Prochainement, Le Sortilège de Baltazar

Flyer-Jpeg-1Cliquez sur l’image pour accéder à la page dédiée

Infos pratiques

Une semaine de stage avec l’IME Croix-Rouge de Boulogne

Le Cirque Nomade, depuis 25 ans, transmet sa passion et les valeurs du cirque. Dans nos murs, nous accueillons des élèves dès l’âge de 3 ans. Mais hors nos murs, nous développons également de plus en plus de projets. Les écoles nous sollicitent davantage chaque année, mais également les établissements spécialisés.

Cette année, nous avons ainsi mis en place un partenariat avec l’IME Solfège de Boulogne-Billancourt pour accueillir de jeunes autistes chaque vendredi et leur proposer des séances ludiques, constructives et évolutives en compagnie de notre animatrice Laetitia, de leurs encadrantes et de leur psychomotricienne.

Désireux de développer un pôle « cirque & handicap » à part entière à l’avenir, le Cirque Nomade est de plus en présent auprès des établissements accueillant un public handicapé ou en difficulté psychologique, sociale ou scolaire.

2015-10-19 10.13.46

Outre des partenariats qui se développent sur toute une saison, pour permettre des projets suivis, nous accueillons aussi des enfants de structures telles les IME, IMP, SESSAD ou IMPRO pour des stages ou des ateliers de cirque plus ponctuels. C’est ce que nous avons fait à l’occasion de la première semaine des vacances scolaires de la Toussaint. Du lundi 19 octobre au vendredi 23 octobre inclus, sur 5 matinées, une vingtaine d’enfants de l’IME Croix-Rouge de Boulogne-Billancourt a ainsi suivi deux heures quotidiennes d’ateliers de cirque animés par notre intervenante Hannah.

Lundi 19 et mardi 20 octobre, 9 enfants de l’IME Croix-Rouge de Boulogne, âgés de 6 à 9 ans ont pu découvrir, de manière encadrée mais ludique, les différentes disciplines du cirque. De même, les mercredi 21, jeudi 22 et vendredi 23 octobre, c’est une dizaine d’enfants de 10 à 13 ans de ce même IME qui a pu s’adonner aux joies des arts de la piste.

2015-10-23 11.20.52

Au programme : initiation au jonglage, découverte de l’équilibre sur le fil et la boule, figures acrobatiques simples, trampoline et même, pour finir en beauté, des sensations dans les airs, avec l’initiation au trapèze !

Les enfants et leurs encadrantes semblaient ravis de ces quelques jours passés au Cirque Nomade qui ont permis aux enfants de se voir et de se découvrir autrement, tous ensemble. De notre côté, nous espérons les retrouver sur de nouveaux ateliers très prochainement !

2015-10-19 10.14.21 rognée

Double surprise dans le magazine « C!RQ EN CAPITALE » !

Fiers ! C’est le mot ! Nous sommes très fiers de voir apparaître Aurélien Oudot, ancien élève du Cirque Nomade (d’abord en cours loisir puis en formation professionnelle) dans les pages du magazine bruxellois C!RQ EN CAPITALE de ce mois-ci. D’autant plus fiers qu’il figure dans un cliché pris par Coralie Daudin, adhérente d’Elanse, notre section danse, et photographe et vidéaste plébiscitée par notre association.

Lancé en septembre 2014 par l’Espace Catastrophe, centre international de création des arts du cirque, C!RQ EN CAPITALE est un magazine trimestriel gratuit dédié à la (riche) vie circassienne bruxelloise. Le magazine belge sort son cinquième numéro (octobre-décembre 2015) avec un dossier spécial, intitulé « No limit ; Le corps à l’épreuve du cirque ». Dans un article consacré à cette thématique  (page 11), Aurélien témoigne de sa propre expérience, de son rapport au corps, des écueils à éviter pour préserver un capital jeunesse et souplesse indispensable à la pratique de sa discipline…

« Je compte vieillir en scène en dosant le mélange entre la fluidité de la danse et la tonicité de l’acro. Il y a des contorsionnistes de 50 ans qui se portent comme des fleurs : le secret est dans la connaissance de tes limites – même si elles ne sont pas communes ! », témoigne-t-il .

© Coralie Daudin

© Coralie Daudin

Merci à Aurélien pour sa dédicace à l’école dans cet article et bravo à Coralie pour cette superbe photo.
Quand deux talents se rencontrent, on apprécie !