Un spectacle de fin d’année réussi !

Vendredi 10 juin, près de 200 de nos élèves des cours de cirque loisir avait donné rendez-vous à leurs proches au Carré Bellefeuille pour le spectacle de fin d’année. Le public a répondu présent en nombre : plus de 500 spectateurs sont venus applaudir nos graines d’artistes !

affiche spectacle cirque v2.jpgCette année, c’est le thème du Caucase qui fédérait les différents groupes d’élèves qui préparaient tableaux collectifs et/ou numéros solos depuis plusieurs mois. Sur des musiques folkloriques et traditionnelles, tantôt rythmées à l’instar des morceaux tziganes ou plus lyrique comme les chants arméniens, nos élèves âgés de 6 à 40 ans ont pu faire démonstration de leurs talents.

Toutes les disciplines du cirque étaient à l’honneur, du jonglage à l’acrobatie, en passant par le trapèze, le tissu et le cerceau aériens ou encore les équilibres sur objet (fil de fer, boule, rouleaux américains). Cette année, le Cirque Nomade portait ce projet de spectacle en partenariat avec la Chorale des Enfants de Levallois, qui s’est illustrée de ses voix cristallines à l’occasion de plusieurs tableaux. Le 19 juin prochain, quelques élèves des cours ados du Cirque Nomade iront, à leur tour, accompagner certains chants lors de leur spectacle Caucase Attitude.

Vous avez été nombreux à faire le déplacement et à nous faire part de vos félicitations par la suite et nous vous en remercions. Nous remercions vivement toute notre équipe pédagogique qui a travaillé à la réussite de ce spectacle, la ville de Boulogne pour son soutien et le Carré Bellefeuille où nous avons eu l’honneur de jouer. Autre nouveauté cette année : nous vous rappelons qu’un DVD sera réalisé et disponible à la rentrée. N’hésitez pas à contacter le bureau pour le pré-commander (10 euros) !

affiche spectacle danse 2016 web

Mais ce n’est pas fini ! Nous vous donnons rendez-vous dans trois semaines pour un autre spectacle, celui de notre section danse (Elanse), intitulé Nos p’tits bonheurs. Une cinquantaine d’élèves adultes (et quelques ados) s’illustrera dans des chorégraphies de danse moderne, contemporaine et street jazz, mais ce spectacle réserve également d’autres surprises… Rendez-vous au Carré Bellefeuille vendredi 1er juillet à 20h30.

Informations au 01 41 10 95 13 (places déjà en vente).

Teaser ci-après !

 

A très bientôt !

La compagnie Ap’nez paie sa tournée à Antony !!

Compagnie de clown et de cirque née en 2008, Ap’nez, implantée dans le Limousin, sillonne la France avec son joli chapiteau rouge à pois blancs. Parmi ses partenaires : l’espace cirque d’Antony (92) où la compagnie présentera son tout dernier spectacle C’est ma tournée ! Rendez-vous les 14 et 15 avril prochain pour découvrir la dernière création de cette compagnie amie du Cirque Nomade.

cie apnezConvivialité et rencontres sont deux notions chères à la compagnie Ap’nez qui met en scène, dans sa huitième création intitulée C’est ma tournée ! , un bar atypique et atemporel, où trois personnages se croisent et évoluent dans ce lieu au fil des saisons.

La compagnie Ap’nez accueillera le public d’Antony sous son chapiteau-café pour lui faire partager les émotions recueillies au gré de ses rencontres ici et ailleurs dans les lieux qui ont nourri ce spectacle : pubs irlandais, bistrots français, cafés italiens et consorts.

« Accueillis par les quatre artistes féminines de la troupe, vous voici conduits dans un bar atypique dans lequel le public sera généreusement invité à une errance poétique et circassienne. Au son de l’accordéon, des chansons aux textes espiègles ou graves et lucides accompagnent les différentes acrobaties qui s’enchaînent, ponctuées par des vidéos-documentaires pour une ode aux cafés d’antan: ce qu’ils étaient, ce qu’ils sont devenus. Vous voilà embarqués, happés et replongés dans la nostalgie et l’authenticité de ces lieux de sociabilité. »

Venez découvrir ce « spectacle de cirque social » ou « documentaire-spectacle » en famille les 14 et 15 avril prochain à l’espace cirque d’Antony. A consommer sans modération.

Infos pratiques :
Jeudi 14 et vendredi 15 avril à 19h30 (durée : 1h15)
Tarifs : 7 € (moins de 10 ans) ou 12 €
Réservation auprès de la compagnie : 06 79 00 65 79

Patinoire : spectacle éclectique et personnage survolté

Dans le cadre de la tournée 2016 de son spectacle solo Patinoire, l’artiste québécois Patrick Léonard, l’un des co-fondateurs de la compagnie de cirque Les 7 Doigts de la Main, était en représentation au Carré Bellefeuille, à Boulogne-Billancourt, mardi 22 mars.

AFFICHE_PATINOIRE_)Champion canadien de patins à roulettes, circassien chevronné formé à l’Ecole Nationale de Cirque de Montréal, passé par le cirque Knie (Suisse) et ancien membre du Cirque du Soleil, Patrick Léonard a plus d’une corde à son arc et a pu en faire la démonstration hier, lors de son spectacle d’une heure vingt interprété sur la scène du Carré Bellefeuille. Reconnu pour ses performances comiques en solo – Patrick Léonard a notamment reçu le Prix Nikouline au Festival Mondial du Cirque de Demain, à Paris – l’artiste s’affranchit des limites d’un genre, le cirque en l’occurrence, pour conjuguer humour et performances multiples (équilibres, cascades, tours) et faire appel à diverses influences, qu’elles soient musicales, circassiennes ou encore théâtrales.

Patinoire confine, en ce sens, davantage au one-man show (à l’américaine) qu’au solo de cirque à proprement parler. Personnage clownesque et attachant, bavard et drôle dans son franglais au fort accent québécois, Patrick Léonard s’encourage (« allez Patoche, tu peux le faire ! ») dans ses performances risquées qui met le public en tension tout en l’amusant beaucoup. En effet, lorsque le trublion se décide à escalader une tour à l’équilibre fragile faite d’un empilement d’enceintes, la tension est palpable dans l’assemblée. Si les acrobaties et les équilibres sont fragiles, la performance, elle, est solide. Patrick Léonard règne en maître sur la scène qu’il transforme bien vite en un petit cabinet de curiosités via un décor composé de bric et de broc…

Le public, complice, en redemande. Nous n’avons donc pas boudé notre plaisir lorsqu’une rencontre en bord de scène nous a été proposée après le spectacle. Naturel et sincère, Patrick Léonard s’est prêté avec bienveillance au jeu des questions-réponses. Ce moment d’échange fut l’occasion d’en apprendre plus sur son parcours et sur la création de ce spectacle, né d’une envie, de souvenirs et d’objets amassés au fil des années et d’un besoin profond de reconnaissance. Une reconnaissance sincère, propre à l’artiste qui donne tout sur scène. Patinoire est en cela un clin œil à ce qu’il est prêt à montrer sur scène, en se dépatouillant de situations rocambolesques, empêtré volontairement et pour le plaisir du public dans sa propre mise en scène. S’il « patine » – ou « rame » diront les Français – métaphoriquement, Patrick Léonard maîtrise néanmoins son sujet et la magie du spectacle a pu se prolonger au-delà grâce à cette rencontre exceptionnelle. Drôle et attachant sur scène, il l’est aussi en dehors et a su nous le montrer. Comédien, circassien, metteur en scène et comique, Patrick Léonard n’en demeure pas moins un homme en quête de partage et ce, pour notre plus grand plaisir.

Merci à lui, à la compagnie Les 7 Doigts de la Main et au Carré Bellefeuille pour cette superbe soirée !

—-

Plus d’infos :

Prêts pour la 9e Rencontre des Jonglages ?

Pour sa neuvième édition, la « Rencontre des Jonglages » fait peau neuve et se voit dédier un site Internet pour l’occasion ! Permettant aux passionnés de jonglage, amateurs ou professionnels, de se rencontrer, la Rencontre des Jonglages fédère chaque année depuis sa création les professionnels du milieu et a permis de voir émerger une nouvelle génération de jongleurs…

Cette année, le festival qui fête ses neuf ans gagne en étoffe et durera, au total un mois, grâce à un « pré-festival », intitulé « Prémices », qui permettra aux spectateurs franciliens de découvrir plus de spectacles, et ce, dans des lieux partenaires. La Maison des Jonglages et Houdremont, scènes conventionnées de La Courneuve (93) s’associent en effet à d’autres lieux, partenaires de l’événement, pour offrir une édition enrichie d’un alléchant programme les trois semaines précédent la Rencontre des Jonglages…

Du 25 mars au 14 avril, place donc à « Prémices », une édition hors les murs de la Maison des Jonglages, pour trois semaines de spectacles à découvrir à Paris (75) au Carreau du Temple et à la Coopérative de rue et de cirque (2r2c), à l’Académie Fratellini à Saint-Denis (93), à l’Espace Renaudie d’Aubervilliers (93) ainsi qu’au Théâtre de l’Agora à Evry (91). Le festival en tant que tel prendra, quant à lui, ses quartiers, comme d’habitude à La Courneuve, du 15 avril au 17 avril inclus.

volcano-vs-palm-tree-

L’Américain Wes Peden

Au menu de cette double programmation, qui prend des allures de véritable rendez-vous francilien cette année, des « stars » de la scène actuelle du jonglage comme l’Américain Wes Peden (médaillé de bronze du 33e Festival Mondial du Cirque de Demain) qui présentera un solo lors du festival « Prémices » les 25 et 26 mars. Il est également au programme de la Rencontre des Jonglages avec un spectacle de rue de 15 minutes sobrement intitulé Béton (16 et 17 avril). On retrouve également à l’affiche des « Prémices » du festival le très célèbre jongleur allemand Stefan Sing dans un spectacle solo – baptisé Entropia – également les 25 et 26 mars prochain.

Parmi les nouveaux venus dans le monde du jonglage professionnel, nous sommes très heureux et fiers de noter cette année la présence d’un ancien élève du Cirque Nomade (dont vous pouvez retrouver l’interview sur notre blog, en cliquant ici). Renaud Roué, diplômé du CRAC de Lomme, présentera Des pieds et des mains, son numéro solo (format court de 6 minutes) à l’occasion de cette 9e Rencontre des Jonglages, dimanche 17 avril prochain.

renaud2

Renaud Roué dans « Des pieds et des mains »  © Tom Lacoste

 

Enfin, la Rencontre des Jonglages est aussi l’occasion de s’adonner à des ateliers de tous niveaux, à des « workshops » pour les professionnels et amateurs chevronnés mais aussi de découvrir des concerts. Programmation à consulter sur le site Internet dédié au festival.

 

 

Groupe Grenade : une explosion de talents !

En 1989/1990, le Ministère de la Culture propose à la chorégraphe aixoise Josette Baïz une résidence d’un an auprès d’enfants et d’adolescents issus des quartiers nord de Marseille. Cette expérience, réussie, donne lieu à une deuxième année de travail avant que ne naisse, en 1992, le groupe Grenade. Forte de deux années riches en émotions, Josette Baïz crée cette troupe qui rassemble des jeunes danseurs amateurs – et qui regroupe aujourd’hui une cinquantaine d’enfants au total – âgés de 7 à 18 ans.

didier-philispart-romeo-et-juliette-1_51hVendredi 12 février dernier, à 20h30, 16 jeunes danseurs du groupe Grenade étaient réunis sur la scène du Carré Bellefeuille, à Boulogne-Billancourt, pour interpréter Roméo et Juliette, une pièce chorégraphique contemporaine, créée en juillet 2013 par Josette Baïz sur une musique de Sergueï Prokofiev.
Les Roméo et Juliette de Josette Baïz ont visiblement conquis le coeur du public venu en nombre applaudir le talent de ces jeunes danseurs, dont certains rejoindront la compagnie de la chorégraphe à leur majorité. La particularité du spectacle : donner à voir sur scène des amants de l’âge du couple mythique, respectivement âgés de 14 ans et 16 ans. On reste d’autant plus émerveillé de voir surgir chez ces adolescents danseurs autant de puissance dans l’interprétation… Quant aux plus jeunes, ils se sont montrés appliqués, certainement déterminés à suivre l’exemple de leurs aînés. Ces enfants sont sans conteste plus qu’heureux de vivre cette expérience du collectif et de la scène et de la partager avec le public.

IMG_2305

Josette Baïz

Standing ovation méritée donc, à la fin du spectacle vendredi dernier. Par ailleurs, le Carré Bellefeuille a permis aux spectateurs de prolonger la soirée après la représentation grâce à une rencontre en bord de scène avec la chorégraphe du groupe Grenade et « ses » jeunes. L’occasion pour Josette Baïz de revenir sur l’historique du groupe et sur le travail réalisé auprès de ces danseurs amateurs. Pour certains, les anecdotes ne manquent pas, comme pour ce jeune garçon de 11 ans – l’un des plus jeunes interprètes du spectacle – qui a quitté sa famille, à Briançon, pour rejoindre le groupe Grenade et pouvoir, déjà, vivre quotidiennement sa passion ! En famille d’accueil depuis la rentrée, il ne boudait pas son plaisir sur scène. Face à tant de conviction, de passion et de travail – le niveau technique est déjà très impressionnant – le public, dont nous étions, n’a pu que repartir touché par ces jeunes interprètes passionnés, si beaux à regarder danser. Ce moment touchant a permis aux spectateurs de poser leurs questions à la chorégraphe et parfois même, aux danseurs. Qu’il était émouvant de voir ces graines d’artistes si investis sur scène parfois si intimidés de répondre à une question, une fois démaquillés et sans leurs costumes de scène…

IMG_2309

Quelques danseurs du groupe Grenade

Un grand merci au Carré Bellefeuille d’avoir programmé ce spectacle du groupe Grenade, qui reste un dispositif unique en France, et d’avoir permis cette rencontre et ces échanges simples et touchants. Merci également au groupe Grenade d’avoir profité des vacances scolaires pour nous faire découvrir, à Boulogne-Billancourt, son talent. « La valeur n’attend pas le nombre des années » : nous en avons eu une belle démonstration vendredi dernier.